l'Eglise de Bohan sur Semois l'Histoire de l'Eglise St. Léger de Bohan
en Francais, en in het Nederlands.
1  

La belle et particulière église de Bohan (photo a gauche) a été construite en 1760, sur l'emplacement d'une ancienne église. Dont ignore l'architecture et la capacité, mais qui existait déjà au 12e siècle. Le plus ancien document de l'église remonte à 1190. La paroisse dépendait de l'archevêché de Reims du doyenné de Mézieres et elle ne fit partie du diocése de Namur qu'en 1802. Elle est placée sous la protection de siant Léger, mais la fête principale se déroule le 15 août en la fête de l'Assomption.
En 1235 une dame 'Clarisse de Gedinne' offre une somme d'argent pour la réparation de l'église de Bohan ce qui suppose qu'elle n'était pas neuve. Comme elle était située tout près de la Semois, elle était souvent inondée, le plus recent en 2003, de même que le presbytère construit au bord de l'eau et aujourd'hui disparu. Le cimetière qui l'entourait et qui a conservé cet emplacement jusqu'au début du 20e siècle, subissait un sort identique plusieurs fois par an. Le square arboré au centre duquel se dresse un énorme tilleul planté pour le centenaire de la Belgique rapelle l'ancien cimetière. Le presbytère actuel construit en 1853 a été converti en logement par la commune. Le financement de la construction de cette église incomba pour un tiers à la communauté de Bohan. Un tiers aux moines de l'abbaye de Laval Dieu a Monthermé. Un tiers au seigneur Le premier curé de Bohan connu, cité dans un vieux registre s'appelait Jacques de Rogissart (1446), on cité aussi Jacques Herlay (1556).

 

 

2

2a

2b

l'Eglise actuelle dont le clocher culmine à 30 mètres est construite en pierre de schiste du pays locale et les encadrements des fenêtres, de style roman, sont constituées de pierres de France jaune, extraite de la carrière de Don-le-Mesnil, près de Charleville. La même peirre est utilisée pour le fronton de la porte extérieure et de la porte qui donne acces a l'église a l'interieur de porche. Ces matérieux se remarque aussi encore dans la construction de maisons anciennes du village de Bohan, par example la petite maison a droite de l'église, a la Place Henri de la Lindi: "Le Petit Ours" (voir photo 1). La flèche de l'église est surmontée d'un coq restauré dans les années 1970. Il était en mauvais etat parce que lors de chaque mariage les chasseurs s'amusaient à le cribler de plombs...... Aujourd'hui on tire encore a chaque mariage a l'église de Bohan, on tire plus a le coq, mais a la Semois, a coté de la "Pierre de Mariage" avec un petit canon,  pour célébrer la fête de la mariage.
3 l'Intérieur de l'église possede une seule nef sobre. Les vitreaux n'offrent aucun intérêt particulier. Près du choeur on trouve une pierre tombale du seigneur Henri de Bohan, mort en 1326, de la famille d'Orchimont, qui régna sur le village jusqu'au 16e siècle. A laquelle succéda le seigneur Du Bois de Fienne. On trouve aussi la pierre tombale d'un ancien curé, Nicolas Jacquemart, mort en 1741, juste avant la construction de la nouvelle église. Sur le mur extérieur, côté du nord, est fixée la pierre tombale de l'abbe Gillet, décédé en 1866.
Le mobilier est simple et reflète la pauvreté de la commune et les effects des inondations pendant les siecles. On dit d'ailleurs des habitants: " A Bohan, pauvres gens, pot au feu, rien dedans." Mais ce n'etait pas tout à fait le cas en certainement pas aujourd'hui. Les bénitiers en marbre sur pied en fonte datent de 1760. La chaire à prêcher, le confessionnal, le jubé et les bancs, (d'un modèle identique à celui d'églises voisines de la même époque, comme l'église de Laforêt) sont en bois de chêne.
4 l'Intérieure possédait, outre l'autel principal, deux autels latéraux l'un dédié à la Vierge Marie, l'autre à saint Joseph. Ces autels ont été enleves vers les annees 1950 de même que le banc de communion qui était en fer forgé. Quelques tableaux sont signés: "Renon Letellier de Charleville, 1827: La transfiguration, l'Assomption, saint Léger". Une peinture plus ancienne, près du tabernacle, represente la sainte Vierge.
De l'époque de sa construction, l'église possède un calise en argent doré, sur lequel il y a une gravure representant saint Léger en habit d'évêque. Le nom des donateurs est gravé sur le pied. Il existe aussi des auters vases précieux et un ostensoir soleil, un chandelier en laiton du 18e siècle et un lutrin du 19e siècle. 
5  

l'Eglise possède aussi des statues de saint Antoine de Padue, de st. Thérèse, de st. Hubert qui datent du 19e siècle. Une statue du Christ en croix polychrome du 19e siecle. Quant au chemin de croix, il est probablement début du 20e siècle, mais il n'est pas signé.
Dans le clocher, jusqu'à la guerre de 1940-1945, il y avait deux cloches. elles étaient actionnées à l'aide de cordes à partir du porche, actuellement elles sont trois et électrifiées.
La premiere et plus grosse, fondue en 1860, fut enlevées par les Allemands en 1943. Elle fut remplacee en 1949. Elle comporte l'inscription: 'Je remplace ma soeur fondue en 1860 et enlevée pendant la guerre en 1943. Parrain: Armand Husson, bourmestre marraine, sa dame Juliette Godart'.
La deuxieme date de 1909. Elle porte l'inscription: 'Je m'appelle Marie. J'ai pour parrain Léon Collard et pour marraine, Madame Léon Collard, née Marie Defoiche. J'ai été fondue en 1839 et refondue en 1909 (parce qu'elle était fêlée) par Caussard, de Tellin.
La troisième vint s'ajouter en 1949. Elle fut offerte grâce à la générosité des paroissiens de Bohan en reconnaissance de la protection divine pendant la guerre de 40-45. Le parrain était le celèbre general chevalier Josué Henri de la Lindi, la marraine sa dame, née Josephine Jottay. Le general Henry, née à Bohan en 1869 et décédé le 31 mars 1957, se distingua au Congo dans la lutte contre les esclavagistes. La place de l'église de Bohan porte son nom: 'Place Henri de la Lindi'.

 

6

 

7

 

8

 

Avant la construction des écoles, en 1865, le conseil communal se réunissait au premier étage de la tour de l'église, ce qui entraîna parfois des frictions avec les curés, notamment au sujet de la possession des clés du sanctuaire.
Jadis le chauffage de l'église était assuré par un gros poêle situé au centre de la nef et dont le tuyau s'élevait jusqu'au plafond. Aujourd'hui les paroissiens bénéficient d'un chauffage au mazout à air pulsé.
Jusque les années 1950, les chants étaient accompagnés par un harmonium à pédales. Actuellement l'église est dotée d'un orgue électronique, mais l'église manque un vrai orgue. La chorale assuré le chant aux offices dominicaux et lors des grandes fêtes liturgiques. La paroisse est actuellement desservie par L'
Abbé Casmir NNUBIA, également curé de Vresse, Membre et Laforêt où il réside.
Enfin l'église de Bohan est une belle et remarqable part de l'histoire de Bohan et la vallée de la Semois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De geschiedenis van de kerk van Bohan, klik hier.

 


Photos et texte © Hans Hilberink 2002/2011. 
Remerciement à Joseph Cornelis, sacristien de l'église de Bohan.
@
bohan.be / version 10-06-2011.